La porte océane

la porte océane

Le paquebot

La corne

Soudain

Dans la brume 

Et la nuit

C’est lui

Et l’ombre dessine une ombre

Le quai t’attend

Paquebot

Comme attend un long rêve sans fin

De ce lointain

Si proche soudain

Ce lointain comme un destin

Pour tous ceux qui à jamais

d’ici

Se voulurent

© 2012 by Kristel Saint-Cyr

La guerre

Tu ne savais pas

Ce déluge

De feu 

De sang

Ton flanc brisé

Les décombres

Et ceux qui n’ont pas gémi

Ceux qui ont voulu

Renaître

Sur cette rive

D’un long souvenir

Rive prestigieuse

pour ceux

Qui crurent à nouveau à la vie

Solide

Carrée

Charpentée d’un assaut de béton

Ville détruite

Mais redressée

Ville grise

Gris de fer

Et si ardente de son vouloir

© 2012 by Kristel Saint-Cyr

L’espoir

Ville

Toute de gris vêtue

Sous le ciel si gris

Et se nue la nue

En infinie variation

En nuances de colère

Ou joie du courage

Ville

Si douce de brume

Et si violente de vent

En toi ce rêve de demain

Joyau d’une modernité

Qui veut sa force

Et sa foi

Tendue en poésie brute

Ivre de béton

Ce béton

armé

Dont la flèche pointe vers le ciel

Le cri de son espoir

Invaincu

© 2012 by Kristel Saint-Cyr

Extraits de La porte océane, 2012 (SGDL : 2013-07-0144)

Crédit Photo : © 2012 by nalo.soul.over-blog.org

6 commentaires sur “La porte océane

  1. Bravo, bravo !
    Cette image de l’entrée du Havre peut en effet évoquer la période trouble que connut cette ville durant la seconde guerre mondiale. Merci de le rappeler.

    J'aime

    • Merci beaucoup. Cet enthousiasme me touche beaucoup. Plusieurs villes de Normandie ont connu aussi la destruction, mais c’est Le Havre qui a le plus souffert, et pourtant depuis 2005 elle est classée au Patrimoine mondial de l’Humanité, car exemple remarquable de l’architecture de l’après-guerre.

      J'aime

  2. On s’y croirait ! Oui on retrouve bien l’ambiance de cette ville, évoquée par cette photo de la mer vue du port. Mais au hasard de mes visites, familiales, professionnelles ou sportives (régates), il m’est aussi arrivé de découvrir cette ville du Havre sous un grand soleil, ne serait-ce que la dernière fois ! En tout cas ce beau poème est en phase avec la photo en noir et blanc de Nalo.!!

    J'aime

    • Merci beaucoup d’apprécier mon poème. Moi aussi j’aime cette ville du Havre, complètement détruite pendant la guerre et reconstruite en 1945 selon les vues de son architecte en chef Auguste Perret, qui voulut y « faire chanter le béton » en un bel hymne à la modernité.

      J'aime

Peut-être une joie, une émotion, ou une critique ? Tout partage est grâce s'il vient du coeur !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :